Mardi matin 17 juillet 2018 à la Librairie du Golfe à Locmariaquer.

Daniel Carfantan dédicace son livre sur Zénaïde Fleuriot mardi matin 17 juillet 2018 à la Librairie du Golfe à Locmariaquer.

Zénaïde Fleuriot a séjourné 19 étés à Locmariaquer de 1872 à 1889.


Dans ses correspondances et surtout dans ses romans à partir de 1872, elle s’est inspirée des paysages et de la vie des autochtones. Ses séjours à Locmariaquer lui ont permis de s’isoler des tracas et de la vie trépidante de Paris et ainsi d’écrire une cinquantaine d’ouvrages dont près de la moitié trouvait comme théâtre (lieu et personnages) la région.
Outre sa biographie, j'ai trouvé intéressant d’explorer cet aspect de sa littérature. À la lecture de ses romans et articles publiés à partir de 1873, il est facile de se représenter la vie à Locmariaquer et ses environs durant la deuxième partie du 19e siècle.
Avec talent et réalisme, elle y dépeint les habitants, les us et coutumes, les commerçants, les événements festifs comme les mariages et l’impressionnant raz-de-marée du 1er janvier 1877.

Dans plusieurs de ses ouvrages, elle met en scène des douaniers, fonction très représentée à Locmariaquer. Les infrastructures routières
étant quasi-inexistantes, tout le commerce s’effectuait par mer, et l’entrée du Golfe voyait passer de nombreuses goélettes.

Le sémaphore, aujourd’hui transformé en école de voile, abritait ces douaniers. Zénaïde Fleuriot rapporte notamment des mariages de jeunes filles du pays avec des douaniers. Sa propre soubrette, Brigitte, a elle-même épousé un douanier.

Voici une liste d'ouvrages qui ont pour cadre Locmariaquer et ses environs : En Congé, l'Héritier de Kerguignon, Pieds d'argile, Feu et Flamme, la Rustaude, Armelle Trahec, Bigarette,  Cadok, Sous le joug, Loyauté, Rayon de soleil,...